Facebook et le respect de la vie privée, tragique répétition encore et encore !

Regard sur... par KALYDEO 26 nov. 2012 0

Facebook a encore laissé fuiter les données privées de ses membres chez des régies publicitaires qui n’auraient jamais dû mettre la main dessus.

Une formidable réussite Facebook un réseau social à 600 millions de profils… le deuxième site le plus visité au monde.

Mais paradoxalement comment un réseau social à 600 millions de profils peut-il se montrer aussi léger en termes de protection de la vie privée ? Facebook a encore laissé fuiter les données privées de ses membres chez des régies publicitaires qui n’auraient jamais dû mettre la main dessus.

L’histoire serait presque comique, à force de répétition, si elle n’aggravait pas une situation déjà préoccupante. Tous les trois mois, un nouveau scandale éclate : les tchats deviennent lisibles par n’importe quel « ami », les infos personnelles tombent toutes seules dans les mains des publicitaires, les numéros de téléphone portable sont servis sur un plateau…

Découvert par Symantec, l’éditeur de logiciels antivirus, il s’avère que certaines applications Facebook (celles qui utilisent des « iframes » pour s’afficher) fournissent régulièrement et automatiquement aux régies publicitaires des petits bouts de code donnant accès aux profils de leurs utilisateurs. Ces codes sont appelés tokens et fonctionnent, explique Symantec, comme des « clés de rechange » : « les applications peuvent utiliser ces clés pour accomplir certaines interactions avec votre profil. Chaque clé est associé à un petit bouquet de permissions : lire votre mur, voir le profil de vos amis, poster sur votre mur, etc. » Les membres Facebook confient eux-mêmes leurs trousseaux de « clés » aux applications : c’est ce qui se passe quand on clique sur le bouton « autoriser ».

Mais Symantec s’est aperçu que les trousseaux, loin de rester dans la poche des applications, pouvaient être transmis à des sociétés tierces — et notamment les régies publicitaires — de façon volontaire ou accidentelle. Ce qui n’a pas manqué d’arriver… et ceci depuis quatre ans, puisque la faille était présente dès l’arrivée des premières applications sur le réseau social, en 2007.

Une autre possibilité reste bien sûr de fermer son compte Facebook, une bonne fois pour toutes, sans attendre la prochaine faille…

Auteur : Béatrice SORIANO

Garder le contact

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.