Rédempter l’enfer des transports

Regard sur... par Alexandre MILLET 9 sept. 2013 0

Léviathan incontournable de la mobilité Francilienne, la RATP revendique pourtant une dynamique constante de rénovation et d’innovation. Entre les interconnections Velib’ et Autolib’, les nouveaux trains et les extensions de réseau, voici deux innovations qui complètent l’extension du « Grand Paris ».

Le rechargement Navigo à domicile

lecteur de Navigo à domicileNous sommes le premier lundi du mois. Mal réveillé et déjà très en retard tout juste à l’heure au moment de prendre le métro, vous vous hâtez dans les couloirs, dévalez un escalier mécanique, tournez à un angle et, soudain, une réalité mensuelle implacable anéantit vos derniers espoirs : le rechargement Navigo et les 35 personnes devant le seul automate en état de fonctionnement.

Pour vous éviter ce désagrément régulier, la RATP propose désormais de recharger votre forfait à la maison, à l’aide d’un paiement en ligne et d’un lecteur de passe Navigo (que vous pouvez vous procurer pour 7€).

Certes, cette nouveauté semble pratique, mais cette opération risque de ne pas être neutre : plus de 4 millions de passes Navigo (tous types confondus) sont en circulation. Nous vous laissons imaginer le nombre de boitiers qui va être distribué (avec composants électroniques et pièces en plastique) et le prix global pour les usagers.

Tant qu’à chercher à améliorer la fluidité des rechargements, nous aurions préféré avoir la possibilité de prendre un forfait sur un mois roulant (du 18 septembre au 17 octobre par exemple). Une plus grande souplesse pour l’abonné, qui aurait pu faire démarrer son forfait quand il le souhaite, qui aurait également favorisé une répartition des renouvellements sur le mois, soulageant ainsi les guichets et les files d’attente.

La prochaine fois peut-être ?

La ventilation adiabatique

Derrière ce virelangue amusant se trouve une innovation très intéressante dans le domaine de la « climatisation » que la RATP teste dans ses locaux depuis deux ans.

Sans rentrer dans les détails techniques (disponibles sur Ekopedia, ou sur les sites de Coolea et O+R ), ce système utilise de l’eau à la place des fluides frigorigènes polluants que l’on retrouve dans les climatisations classiques.

Les avantages du système adiabatique par rapport à la climatisation sont importants :

  • La consommation électrique est bien plus faible (de l’ordre de 80% d’économie d’énergie)
  • Les rejets et fuites de gaz polluants sont inexistants
  • L’air produit est moins sec
  • Autre gros avantage, en particulier pour les voyageurs : les systèmes de climatisation usuels rejettent de l’air chaud dans les couloirs du métro, alors que le système adiabatique leur transmet un peu d’air rafraîchi.

Il existe néanmoins quelques inconvénients ; en particulier une forte consommation d’eau et des limites quant au contrôle de la température restituée, qui dépend de la température et de l’humidité de l’air extérieur.

Malgré ces inconvénients (finalement légers puisque l’eau peut être réutilisée), le bilan semble très positif. Nous espérons que les tests seront concluants et que le système sera généralisé sur le réseau, ce qui incitera peut-être d’autres acteurs à s’y intéresser.

Pendant ce temps (ou presque) à Montréal :Il fait beau dans le métro !

Garder le contact

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.